Dans une période aussi complexe pour les entreprises, il est nécessaire que le CSE prenne la pleine mesure de ses différentes prérogatives en matière économique, sociale et sur les conditions de travail durant et post Covid.
Dans le cadre de leurs missions, les élus ont la légitimité de questionner l’employeur afin d’obtenir les informations qui leur sont nécessaires pour envisager l’impact des différentes données à court, moyen et long terme, tant pour l’entreprise que pour les salariés.
Les points de vigilance sur le volet économique et social :
-l’état des lieux des réserves financières de l’entreprise et leur utilisation ;
-l’impact de la crise sur la production, l’emploi ;
-les modalités de la reprise d’activité au regard du marché sur lequel évolue l’entreprise ;
-les conditions de reprise suite à la mise en place de l’activité partielle ;
-l’organisation du travail au sein des différents secteurs de l’entreprise.
Les points de vigilance sur les conditions de travail :
-les conditions sanitaires d’accueil des salariés dans l’entreprise et leurs conditions d’application ;
-l’adaptation de l’ergonomie des postes de travail par rapport aux règles de distanciation sociale ;
-les possibles conséquences de la reprise d’activité en entreprise, du télétravail et de l’activité partielle sur la santé mentale des salariés ;
-les risques générés par une nouvelle organisation du travail sur l’aspect physique et mental (possibilités d’accidents démultipliées, augmentation de la charge de travail, etc.) ;
-la réalisation par l’employeur de la mise à jour du document unique d’évaluation des risques.